La tisanerie de Pontarlier

C’est le temps des vacances, pour vous mais aussi pour moi. Certes je travaille, mais je suis également énormément en vadrouille ces temps ci. Voila un reportage que je devait publier il y déja longtemps. Les photos ont été prise au printemps et je n’ai pas encore eue le temps de faire ce mini reportage sur un endroit que j’aime particulièrement. C’est un peu mon deuxième chez moi quand je me rend en Franche Comté en France. Je m’y rend assez régulièrement et j’aime y flaner pour boire une tisane, parfois y prendre un petit repas bio, parfois pour y acheter des teintures mères (c’est le seul endroit auquel je fait confiance pour les tisanes, les teinture mère et tout les produits artisanaux autour des plantes sauvages)

Si vous vous rendez dans la ville de Pontarlier lors de vos vacances, vous devez absolument y faire un saut. C’est situé derrière la rue principale, caché dans un petit coin. Un hâvre de paix pour un moment détente ou vous ressortirez harmonieuse et reposée. La musique est reposante, les gens y sont tellement sympatique, c’est un endroit hors du temps que je désire vous faire connaitre.

Son adresse : 2 rue Notre-Dame – Place Cretin
25300 Pontarlier

Sans plus tarder, quelques photos qui valent milles mots.

biblio

biscuit

HE

savon

sirop

the

tisane 1

tisane 2

plante medicinale

Soupe de potiron et huile essentielle de zeste d’orange et sa quenelle de pesto

soupe potiron ortie

Ceux qui me connaissent et me suivent, savent à quel point j’aime les plantes sauvages. A ma plus grande joie, elle font leur apparition à ma montagne. Pour le moment, c’est encore timide, mais le prochain mois risque d’être sous le signe des plantes sauvages. Saviez vous que l’ortie est la plante la plus riche en minéraux et qu’elle contient autant de protéines qu’un steak ? Elle est également plus riche en vitamine C qu’une orange ! De quoi s’y intéresser de près ! Eh pour ceux et celles qui pensent que le pesto d’ortie crue pourrait piquer, rassurez vous, une fois passée dans le robot elle perd tout son piquant :-) A moins d’y rajouter du piment (lol) La soupe à l’ortie est de loin ma favorite, mais comme ma récolte était trop petite, je me suis contentée d’un pesto pour accompagner ma soupe. Eh puis si vous êtes novice, c’est une bonne façon de vous y initier tout doucement !

Ingrédients

1 potiron épluchée et coupée en dés

1 litres de bouillon de volailles maison ou de légumes (bouillon de lapin pour ma part)

un peu d’huile

3 gouttes d’huile essentielle de zeste d’oranges

sel, poivre

1/4 de litre de lait (chèvre pour ma part)

une petite botte d’ortie préalablement lavée (les jeunes pousses seulement)

4 noix du Brésil

2 c à soupe de parmesan

une filet d’huile d’olive

Préparation

Dans un grand faitout, faites revenir les cubes de potiron pendant quelques minutes. Verser le bouillon de volailles pour déglacer le tout. Laisser cuire durant 15-20 min ou jusqu’à ce que la courge soit bien cuite. Passer le tout au robot.

Saler, poivrer au goût. Ajouter le lait et bien mélanger. Ajouter les gouttes d’huile essentielle.

Pour le pesto

Déposer les feuilles d’ortie dans le robot avec les noix et le parmesan. Ajouter un filet d’huile. Bien mixer le tout.

A l’aide de vos mains formez une quenelle. Déposez la soupe dans un bol et ajouter la quenelle de pesto. Dégustez !

clairiere

Tarte aux abricots et à l’aspérule odorante

tarte abricot asperule odorante

Aujourd’hui, je vais vous présenter une nouvelle plante que l’on rencontre facilement dans les sous bois ou elle pousse en grand nombres. On l’appelle aussi ‘thé Suisse’ ou belle étoile. L’aspérule odorante ou gaillet odorant fait partie de la famille des Rubiacées. Sa fleur a la particularité de dégager son odeur lorsqu’elle débute à sécher ou lorsqu’on la blesse. Déposez la dans un sac en papier lors d’une ballade et après une heure, elle exalte un doux parfum de vanille et de fève tonka. D’ailleurs, il n’est pas surprenant que l’industrie exploite cette fleur pour son odeur de vanilline. J’aime donc l’utiliser pour embaumer les gâteaux et toute la pâtisserie. Autrefois, on en faisait également un apéritif à base de vin blanc et d’aspérule odorante. Mélangée avec du broccui et des abricots, cette tarte est d’un délice inimaginable ! Sa floraison est de courte durée, d’ailleurs dans le sud de la France sa floraison est terminée. Elle début dans les montagnes en Suisse :-)

La pâte sablée sucrée est la recette de Felder, j’ai remplacé la vanille par l’aspérule. J’ai utilisée du Broccui et je l’ai parfumée avec de l’aspérule odorante. Vous pouvez remplacer le tout par de la vanille bien entendu ou des fleurs de sureau.

L’aspérule odorante contient une substance qu’on appelle la coumarine qui est hypnotique et anticoagulante a forte dose. Elle est donc anti insomnie. On peut s’en faire une tisane le soir avant de dormir si vous souffrez d’insomnie. Elle est également stimulante de la digestion et du foie, et également diurétique et légèrement antiseptique ! Beaucoup de propriétés pour une si petite fleur si mignonne

Pour la pâte brisée sucrée

120 g de beurre mou
200 g de farine
80 g de sucre
25 g de poudre d’amandes
1 œuf entier
une pincée de sel (ou fleur de sel)
une poignée (le creux de la main) de fleurs d’aspérule odorante

Pour la garniture

200 grammes de brocciu (ou ricotta ou serac)

1 poignée (le creux de la main) de fleurs d’aspérule odorante

8 c à soupe de sucre de fleur de coco (ou plus selon les goûts)

1 œuf battu

des abricots coupé en deux pour le dessus (environ 1 kg)

Préparation

Dans le bol du malaxeur, mélanger le beurre avec le sucre. Bien mixer et ajouter l’oeuf en continuant à bien battre la préparation. Ajouter la farine et la poudre d’amandes ainsi que le sucre et la pincée de sel. Ajouter les fleurs (sommités seulement) et bien mélanger. Mettre la préparation au frigo pour une heure environ. A la sortie du frigo, l’étendre dans une assiette à tarte à l’aide des mains. Réserver.

Dans un autre bol, mélanger le brocciu l’œuf battu, les fleurs d’aspérule, le sucre ensemble. Bien mélanger à la fourchette. Déposer le mélange dans l’abaisse de tarte et garnir des abricots coupé en deux. Déposer un peu de sucre sur le dessus des abricots et mettre au four durant 30-40 min environ. Déguster tiède ou froid.

 asperule odorante

Voici une jolie fleur d’aspérule odorante. Il faut la faire légèrement sécher pour lui faire exalter son parfum de vanille et de fève tonka. Sa fleur est d’un blanc immaculé et très délicate.

Ballade Botanique

Entre le travail, le potager et les animaux à m’occuper (la famille s’agrandit, j’ai de jeunes poussins ) mes journées sont fort occupées ces jours ci. Une petite minute d’évasion dans ma journée, pour vous partager ma dernière ballade botanique 😉 alchemille

Voici les fleurs d’alchémille qui fait partie de la famille des Rosaceae. Au début du 20 ème siècle, le prête-herboriste suisse Johann Künzle (1857 -1945) utilisa avec succès l’alchémille en cas de douleurs menstruelles, en préparation à l’accouchement, ainsi qu’en cas de leucorrhées (pertes blanches).

Propriétés et vertus : Cette plante typiquement féminine s’utilise traditionnellement pour soulager les troubles gynécologiques (règles abondantes, syndrome prémenstruel, prise de poids, douleurs, pertes blanches, prévention des fibromes et réduction des hémorragies) Elle accompagne la femme toute sa vie. Elle veille sur sa fécondité en favorisant la nidation. Elle protège la grossesse des fausses couches, facilite l’accouchement. Elle sera d’un bon secours après pour aider à reconstituer l’appareil utérin et contribuer au rétablissement du cycle de la mère. À la préménopause et la ménopause, elle contribue à la venue d’un nouvel équilibre hormonal.

 

Elle est astringente, antidiarrhéique, tonique, stomachique, vulnéraire et antiseptique. Elle est également anti inflammatoire  et anti hémorragique.

 

feuille alchemille

Voici sa feuille. Autrefois, les alchimiste la vénérait et recueillant la rosée qui se posait au creux de sa feuille. Je la trouve superbe avec tous ses petits détails autour. Je cueille les fleurs qui contiennent le plus de principe actifs et je la fait sécher pour en avoir toute l’année. C’est la pleine saison de sa floraison.

pervenche

Voici la pervenche elle fait partie de la famille des Apocynaceae (nom à coucher dehors je l’avoue lol) Elle se multiplie par stolons, comme le fraisier : ses tiges s’allongent, couvrent le sol et y prennent racine de place en place. À chaque nouveau petit bouquet de racines se développe une nouvelle plante. Ce qui est intéressant, c’est de savoir qu’elle serait un biodindicateur qui signale qu’une parcelle a été autrefois cultivée, éventuellement plusieurs siècles ou millénaires auparavant. Elle renseigne donc sur la naturalité des forêts. Je la savait comestible. Je l’ai utilisée en décoration sur un crème dessert. Je ne publierai jamais la recette, son goût est terriblement amer ! Une si petite fleur si mignonne, avoir un goût si amer. Je vais donc continuer à la contempler plutôt que de la manger :-)

lit pervenche

Un lit de pervenche :-)

montagne ortie

Une montagne d’ortie, ma favorite entre toute

rocher

Et la contemplation de lieux magique…

ruisseau foret

ruisseau

heidi sale

Et ma chienne Heïdi très sale, mais combien heureuse après 4 hrs de randonnée :-)

Cake médiéval à l’ortie et chocolat pour le défi des légumes au dessert

cake ortie chocolat 2

Ai-je besoin de vous présenter l’ortie. Ce légume ancien et oublié que tout le monde qualifie de mauvaise herbe, était à l’époque de nos grands parents et arrière grand parents un légume à part entière qui avait sa place au potager. Il a pris sa mauvaise réputation après la dernière guerre mondiale, quand la famine est survenu et que plusieurs ont du se nourrir essentiellement d’ortie. Elle a réussit a sauver plusieurs vie. A l’époque médiéval cette plante était considéré comme un légume à part entière. Je prend énormément plaisir à vous faire découvrir ces plantes et légumes sauvage oublié maintenant de la culture. L’ortie se mélange à merveille avec le chocolat. Vous décrire le goût de ce cake, est très difficile. Un léger goût de noisette, mais le goût le plus omniprésent, est un goût tout simplement oublié. Celui de l’ortie. Saviez vous que l’ortie est la seule plante sauvage à contenir autant de protéines que la viande et à avoir 10 fois plus de vitamine C que l’orange ou l’épinard. Vous comprendrez maintenant, pourquoi à l’époque de la guerre, il a sauvé autant de vie ! Redonnons  à ce légume les titres de noblesse qui lui revienne. L’ortie est à coup sur, ma plante préférée ! Bienvenu dans mon monde ….. Avec cette recette, je participe au concours, des légumes pour le dessert.

defi-dessert-aux-legumes.400x300

Ingrédients

220 grammes de farine de blé T80

10 grammes de poudre à lever (poudre à pâte)

une grosse poignée d’ortie fraîche (ou à défaut, sèche)

100 grammes de yaourt de brebis (ou autre)

2 œufs

100 grammes de sucre de coco

90 grammes de pépites de chocolat noir

un soupçon de sel

6 c à soupe d’huile de tournesol

Préparation

Mélanger la farine, la levure et l’ortie dans un saladier.

Dans un autre bol fouettez ensemble le sucre et les œufs et ajouter le yaourt et l’huile de tournesol.

Incorporez le mélange farine/ poudre à lever/ ortie et ajouter les pépites de chocolat. Bien mélanger. Vous obtiendrez un mélange tacheté vert et noir. Déposer dans un moule à cake ou autre moule (muffins, mini kouglof, etc)

Cuire au four entre 20 et 45 min selon le moule choisi. Dégustez chaud ou tiède ou froid

cake ortie chocolat 4

cake ortie chocolat

champ ortie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...